• De manoirs en châteaux. 0

De manoirs en châteaux.

Reprenant le titre d’une exposition et d’un ouvrage présentés il y a une dizaine d’années par deux cartophiles passionnés de patrimoine civil bâti (N. Brouard et C. Kulig), cet article a pour vocation de mettre l’accent sur l’omniprésence des demeures nobles et bourgeoises dans le Pays de Moncontour. C’est dans le Penthièvre en effet que l’on trouve, en France, le plus de châteaux au kilomètre carré ! De quoi séduire amateurs de vieilles pierres et passionnés d’histoire…

« Jusqu’à la fin du 18e siècle, les campagnes de la région sont dominées une noblesse nombreuse et pauvre. C’est peut-être le caractère le plus original du territoire des Côtes-d’Armor : sur une bande côtière de 30 km de large allant de la Rance à Morlaix, habitent 50% des nobles bretons en 1710, avec une concentration maximale entre Plouha et Lamballe. Cette invraisemblable concentration, probablement unique en France, s’accompagne d’une pauvreté non moins remarquable : à la même époque presque 80% des nobles du diocèse de St Brieuc sont misérables et un tiers d’entre eux est même réduit à la mendicité. Les cadets nobles, ruinés par l’application d’un droit d’aînesse particulièrement strict, peuplent en masse la judicature, la marine, l’armée, l’Eglise, les forges… et les troupes de brigands. La propriété foncière de la noblesse est également plus considérable que partout ailleurs en Bretagne : la moitié des revenus terriens vont, dans cette région, au second ordre, qui s’est incontestablement enrichi au cours du 18e s. (…) Cet accroissement de richesse de certains nobles se traduit dans le paysage et les constructions : aux modestes manoirs gothiques du 16e s., dont la tourelle d’angle était bien souvent le seul élément imposant, succèdent les châteaux classiques du 18e s dont les proportions témoignent de la prospérité des propriétaires ». (« Les Côtes-d’Armor, de la Préhistoire à nos jours », éd. Bordessoules 1987).

L’éclosion de nombreux manoirs sur le territoire breton aux 15e et 16e s., est ici plus étonnante qu’ailleurs. Elle témoigne d’un renouveau social et culturel profond : l’organisation de l’ensemble manorial, les formes architecturales qui s’y déploient, les motifs décoratifs illustrent, malgré les souvenirs de contraintes sécuritaires, d’un mode de vie plus serein, plus raffiné. Une seconde phase de constructions et d’aménagements apparaît avec la concentration des richesses dans les mains de quelques familles nobles, les parlementaires notamment, dont la région de Moncontour va constituer un lieu de résidence apprécié. Aux 17e et 18e siècles, on édifie de vastes demeures, parfois à l’emplacement ou à côté des anciennes, pourvues hautes fenêtres, de toitures mansardées, de motifs classiques et même pour certaines de jardins à la française.

Principaux châteaux et manoirs toujours visibles :

Quessoy :

  • Château de la Houssaye (18e s.) : Façades, toitures et salons du rdc Inscrits MH 1982.
  • Château de Bogar (ou Bogard), (17e ?-18e s.).
  • Château de la Roche-Rousse (début 17e s.), abandonné.
  • Château de la Croix (17-18e s.).
  • Manoir de la Fontaine St Père (début 17e s.).
  • Manoir de la Planche (18e s.).
  • Manoir de la Vigne (début 17e s.).
  • Manoir de la Ville-Méreuc (16e s.), à l’abandon.
  • Manoir de Cressouard (début 17e s.).
  • Manoir de la Roche-Durand, aujourd’hui ferme.
  • Manoir du Clio.
  • Château de la Ville Davy (19e s.), aujourd’hui école d’agriculture.

Hénon :

  • Château de Catuélan (18e s.) : Façades, toitures, porte avec fronton et pilastres, terrasses, cour et douves Inscrites MH 1964.
  • Château du Colombier (15e-16e s.) : Château, aile, chapelle et fuye Inscrits MH 1982.
  • Château des Granges (début 18e s.).
  • Château de la Néauvais (18e s.).
  • Château de la Ville-Chapron, avec ancien manoir avoisinant.
  • Château de Bellevue (fin 18e s.), servant actuellement de ferme, près duquel a été édifié au 19e s. un petit château néo-gothique.
  • Manoir de la Mare (15e s.).
  • Manoir de Port-Martin (17e s.), servant de ferme.
  • Manoir de la Haute-Ville (début 17e s.).
  • Manoir des Mézues (17e s.).
  • Manoir de la Ville es Zion, aujourd’hui ferme.
  • Manoir de la Touche es Plats (18e s.), à l’abandon.
  • Manoir de la Touche Rouault.

Plémy :

  • Château du Vauclair (15e s.), porte inscrite MH 1926.
  • Manoir des Aulneaux (17e s.).
  • Manoir de Launay-Costio (16e, 17e et 20e s.).
  • Manoir du Vaupatry (16e et 18e s.).
  • Manoir de Quilmet (18e s.).
  • Manoir de la Ville-Norme (16e s.), abandonné.
  • Manoir de la Lande (18e s.), abandonné.

Langast :

  • Château du Rocher (17e s.), partiellement ruiné.
  • Château du Pontgamp (17e s.).
  • Château des Essarts (18e s.).

Saint-Carreuc :

  • Château du Plessis-Budes (15e - 19e s.).
  • Manoir de la Ville Méreuc (1680).

Auteur : Bertrand L'Hotellier 08-10-2002

VillePays de Moncontour