• La Mirlitantouille, Révolution et Chouannerie dans le Pays de Moncontour 0

La Mirlitantouille, Révolution et Chouannerie dans le Pays de Moncontour

De 1789 à 1799, la France vit les 10 années les plus prodigieusement denses de son histoire, au cours desquelles elle va se propulser dans un monde moderne censé garantir à l’homme des droits fondamentaux.

Mais cet accouchement ne s’est pas fait sans douleurs. Si 1790 est l’année de la liquidation de l’Ancien Régime, en 1791 la France se scinde en deux partis irréconciliables qui vont déchirer entre-elles les régions, les paroisses, les familles. A Plémy, la population attachée à sa terre et à son curé est parmi les premières de Bretagne à marquer son opposition à l’une des mesures de la Révolution, la Constitution Civile du Clergé. Cette mesure, visant remplacer les curés nommés par l’Eglise romaine par des officiers du culte, élus et salariés de l’Etat, donne naissance à la Chouannerie, mouvement populaire contre-révolutionnaire, regroupant tous les mécontents et les royalistes lésés.

Révolution et Chouannerie se heurtent violemment autour de Moncontour, « ville bleue dans un pays chouan ». Si la Révolution est d'abord accueillie avec succès, les premiers troubles éclatent à Plémy, en octobre 1791. Le pays connaît alors la « Terreur Bleue » (1793-1794), période à laquelle la Révolution écrase tout, même les libertés individuelles qu'elle prétend défendre, puis la « Terreur blanche » pendant laquelle on voit les chefs chouans, Boishardy bien-sûr mais aussi Carfort à Plémy, agir au nez et à la barbe des soldats républicains.

Plémy devient tristement célèbre en 1798 avec les « Massacres de la Mirlitantouille » lorsque une bande de chouans, déçue d'avoir échoué devant Saint-Brieuc, se déchaîne sur une troupe de soldats républicains dans le village autrefois appelé « La Mirlitantouille » (aujourd'hui « La Tantouille », situé sur la route de Moncontour à Plouguenast), puis quelques mois plus tard lors du massacre de l'abbé Cochon par les Bleus dans le même lieu.

Point de repère de la Chouannerie, l'auberge de La Mirlitantouille illustre parfaitement les dualités de la Révolution : à la quiétude du quotidien répond le fracas des massacres ; à l'indifférence (simulée ?) de la population répond la passion aveuglée des chefs de l'un et l'autre partis. Il faudra attendre 1799 et les apaisements de Bonaparte pour que l'on puisse envisager de tourner la page, pressé par d'autres nécessités. Mais en réalité, la Révolution ne laissera personne indemne. Après avoir fait couler beaucoup de sang, la Révolution fera couler beaucoup d'encre et le sujet semble intarissable tant on compte d'ouvrages, d'articles, de mémoires.

Cette page d'histoire locale a fait l'objet d'un spectacle de l'association CLAP 184 de Plémy, dont les 6 représentations (4 en février 2003 suivies de 2 autres en novembre suivant) ont été largement plébiscitées par un public nombreux et enthousiaste.
Ce spectacle, écrit par des plémytains sur la base de documents d'archives locaux, présentait en une succession de tableaux richement colorés, l'histoire de la chouannerie dans la région et le cadre constitué par l'auberge de la Mirlitantouille dans ces drames.

Le spectacle proposé en février 2003 a nécessité la mobilisation bénévole de pas moins de 65 personnes (5 techniciens et 60 acteurs costumés !).

Certaines scènes étaient particulièrement remarquées pour leur forme et leur contenu : scènes d'émeutes populaires, rédaction des cahiers de doléances, procession nocturne, exécution à la guillotine de 3 jeunes gens du pays de Moncontour, scène de marché, etc. Sur scène ou dans la salle, le spectacle était joué de manière à impliquer le spectacteur dans l'action.

A ceux qui souhaitent avoir des renseignements au sujet de ce spectacle (trame illustrée, vidéo) : contact : Etienne Doré, "Le Puits Héry" 22150 Plémy ; tel : 02.96.60.22.47).

« La Mirlitantouille », c'est aussi.

  • Un livre de Théodore GOSSELIN, dit Georges LENOTRE : « La mirlitantouille. Episodes de la chouannerie bretonne », Ed. Perrin, 1925.
  • Un groupe de musique traditionnelle bretonne, créé en 1975 à Saint Brieuc et qui effectue, jusqu'à sa dissolution en 1981, plusieurs tournées en France, en Europe et Québec, et publie deux albums (en 77 et 79).

Auteur : Bertrand Lhotellier 11-10-2003

VillePays de Moncontour